fbpx

Fondamentaux

Alors que nos vies sont de plus en plus ancrées dans le monde virtuel, nous nous exposons sans cesse à des menaces insidieuses. Les cyberattaques sont d’ailleurs devenues monnaie courante. Comprendre la nature d’une cyber attaque et ses implications, mais aussi les moyens de prévenir une telle intrusion, est devenu essentiel.

Qu’est-ce qu’une cyber attaque ou un piratage ?

Une cyberattaque est une action délibérée et malveillante qui vise à exploiter les vulnérabilités d’un système informatique, d’un réseau ou d’une application. Son but est de causer des dommages, voler des données, perturber des opérations ou obtenir un avantage illégal. Une cyberattaque peut provenir de diverses sources et peut prendre de nombreuses formes.

Quel est le but d’une cyber attaque ou d’un piratage ?

Les objectifs des cyber attaques varient en fonction des motivations des attaquants. Leur but peut être de voler des informations sensibles, de perturber des opérations commerciales, de détruire des données ou de surveiller illégalement. Un hacker peut chercher à faire chanter, à faire de la propagande ou à manipuler l’opinion publique. Son but ultime est souvent de générer un avantage personnel, financier ou politique, au détriment de sa victime.

Quelles sont les motivations des pirates et des hackers lors d’une attaque ?

Certaines attaques sont motivées par le gain financier. Les attaquants peuvent par exemple exiger d’une entreprise ou d’une organisation un paiement en dollars pour la restitution de données volées. D’autres attaques peuvent être motivées par l’activisme, la vengeance, l’espionnage industriel, l’exploration de vulnérabilités, le sabotage ou encore le terrorisme numérique. Une cyberattaque peut également être le résultat de la recherche de renommée d’un hacker au sein de la communauté des pirates.

Qui peut être victime de cyber attaques ?

Tout utilisateur d’un système ou d’un réseau informatique est potentiellement vulnérable aux cyber attaques. Cela inclut les petites et grandes entreprises, les gouvernements, les institutions financières, les établissements de santé, les infrastructures critiques, les organisations non gouvernementales, et même les particuliers.

Les cyberattaques ne tiennent pas compte des frontières géographiques et peuvent toucher n’importe qui, n’importe où dans le monde. Seule la valeur perçue des informations qui peuvent être obtenues ou les objectifs du hacker comptent.

Quels sont les différents types de cyber attaques ?

Il existe de nombreux types de cyberattaques. Comprendre chacun est crucial pour se protéger efficacement contre les menaces et mettre en place des mesures de prévention appropriées.

L’attaque par phishing ou hameçonnage, une escroquerie en ligne

Les attaques de phishing consistent à envoyer des emails trompeurs depuis des sources apparemment légitimes pour obtenir des informations sensibles. Ces tentatives d’accès illégitime allient l’ingénierie sociale à la technologie. Les assaillants utilisent des liens pour rediriger vers des sites malveillants, incitant au téléchargement de malwares ou à la révélation d’une information confidentielle.

Dans de nombreux cas, la cible du phishing peut ne pas se rendre compte qu’elle a été compromise. Cela permet au hacker de prendre contact avec d’autres personnes dans la même entreprise ou organisation sans que quiconque ne soupçonne d’activité malveillante.

La cyber attaque par malware ou logiciel malveillant

Les logiciels malveillants représentent des menaces constantes et diversifiées. Ces programmes indésirables peuvent s’infiltrer dans un système ou dans un réseau de manière insidieuse. Ils causent alors des dommages et volent des données sans que personne ne s’en rende compte. Certains logiciels malveillants se cachent dans des endroits inattendus, exploitant des vulnérabilités pour accéder aux systèmes informatiques et compromettre leur sécurité.

Les macro-virus, par exemple, s’infiltrent dans des applications couramment utilisées comme Microsoft Word ou Excel. Ils se lient à leur séquence d’initialisation pour activer des instructions malveillantes lors de leur lancement. Les infecteurs de fichiers, eux, se lient à des codes exécutables et s’activent lorsque le fichier est ouvert. Dans un registre différent, les virus polymorphes utilisent des cycles de chiffrement et de déchiffrement. Cela rend leur détection complexe.

Une attaque ransomware pour obtenir une rançon à l’aide d’un logiciel malveillant

Le ransomware est un type de logiciel malveillant qui empêche un utilisateur d’accéder à un système informatique ou à un fichier et exige le paiement d’une rançon en échange du rétablissement de l’accès. Les premiers ransomwares ont été développés dès la fin des années 1980. À ce moment-là, la rançon exigée devait être envoyée par courrier postal. De nos jours, les pirates à l’origine d’un ransomware demandent à être payés en ligne, en dollars ou en cryptomonnaies.

Un ransomware peut infecter un système informatique de plusieurs façons. L’une des méthodes les plus courantes consiste à utiliser un spam malveillant. Il s’agit d’un email indésirable livrant un malware. Cet email peut inclure des pièces jointes piégées ou des liens vers des sites web malveillants. Les hackers ont recours à l’ingénierie sociale pour inciter les utilisateurs à ouvrir ces pièces jointes ou à cliquer sur les liens.

Les attaques par déni de service (DoS) ou déni de service distribué (DDoS)

Une attaque par déni de service (DoS) a pour but d’accabler les ressources d’un système jusqu’à l’empêcher de répondre aux demandes légitimes de service. De même, une attaque DDoS (attaque par déni de service distribué) cherche à épuiser les ressources du système en infectant de nombreuses machines avec des malwares. Cela perturbe la prestation de services, souvent jusqu’à la paralysie du site.

Contrairement à d’autres cyberattaques visant à obtenir ou augmenter l’accès à un système, les attaques DoS et DDoS cherchent à perturber l’efficacité du service sans en retirer un avantage direct. Cependant, si l’attaquant est motivé par des rivalités commerciales, il peut en tirer des avantages financiers. Une cyber attaque réussie peut aussi exposer un système à d’autres types d’attaques en créant des vulnérabilités lorsqu’il doit se déconnecter pour se protéger.

Les cyber attaques « Man in the Middle » pour obtenir des données

L’attaque de l’homme du milieu vise à dérober des données entre deux parties sans éveiller de soupçons. Le but de cette cyberattaque est d’intercepter des conversations ou des données en se glissant de manière illégitime dans l’échange. Les hackers utilisent diverses solutions tels que la création de faux réseaux Wi-Fi ou bien l’usurpation d’adresses IP ou de requêtes DNS.

Les pirates peuvent ainsi capter des informations sensibles, telles que des détails bancaires. Ces attaques passent souvent inaperçues jusqu’à ce que les conséquences se manifestent. Une vigilance accrue lors de l’utilisation de réseaux publics ou lors de la réception d’emails suspects s’avère essentielle pour contrer ces tentatives d’espionnage numérique.

Quelles ont été les cyber attaques les plus dangereuses sur internet ?

L’histoire d’internet est ponctuée de cyberattaques notoires qui ont entraîné des répercussions majeures. Ces incidents mettent en lumière la vulnérabilité croissante des systèmes informatiques et des millions d’utilisateurs face à des attaques sophistiquées. Celles-ci ne sont pas sans conséquences, y compris en France.

Le ransomware WannaCry, la pire cyber attaque de l’histoire d’internet

En mai 2017, le ransomware WannaCry a fait une entrée spectaculaire sur internet, lors d’une cyberattaque mondiale qui a touché près de 300 000 ordinateurs dans 150 pays. Cette menace a mis en lumière les ransomwares, ces logiciels malveillants qui cryptent les données pour exiger une rançon afin de les déverrouiller.

Les pirates ont utilisé des emails piégés pour pénétrer les ordinateurs, exploitant les vulnérabilités des anciens systèmes Windows. Cette cyber attaque massive a touché diverses entreprises telles que Vodafone, FedEx, Renault ou la Deutsche Bahn. La Corée du Nord a été accusée d’être à l’origine de cette attaque, mais le pays a toujours réfuté ces allégations.

Bien que WannaCry soit encore considéré comme le ransomware le plus destructeur de l’histoire d’internet, la prolifération de malwares exigeant des rançons persiste. Des millions de personnes sont piégées chaque année sur le web.

Les établissements de santé, une cible vulnérable face aux hackers et aux cyberattaques

En France, les établissements de santé sont confrontés à une augmentation inquiétante des cyberattaques, avec des incidents se produisant chaque semaine selon l’ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information). La numérisation croissante des dossiers médicaux et des processus administratifs a créé une surface d’attaque étendue, exposant des informations sensibles et confidentielles.

Les hôpitaux sont devenus une cible attrayante pour les pirates informatiques en raison de la valeur lucrative des données médicales sur le marché noir. En effet, le coût d’un dossier médical peut atteindre 350 dollars sur le darkweb, soit 50 fois plus qu’un dossier bancaire. Les ransomwares sont fréquemment utilisés pour chiffrer les données et exiger une rançon élevée en échange de leur déverrouillage.

L’insuffisance des ressources allouées à la cybersécurité et le manque de sensibilisation du personnel et des usagers contribuent à la vulnérabilité des établissements de santé. Pourtant, les attaques visant les hôpitaux et les cliniques en France ont le potentiel de perturber gravement les services de santé, mettant en danger les soins aux patients.

Comment les utilisateurs peuvent-ils prévenir et se protéger d’une cyber attaque ?

Pour prévenir et se protéger contre les cyber attaques, il est important de prendre des mesures de sécurité proactive :

  • mettre en place des pare-feu et des solutions de sécurité réseau ;
  • tenir les systèmes d’exploitation, les applications et les logiciels à jour ;
  • utiliser des solutions antivirus et anti-malwares ;
  • se former aux bonnes pratiques de sécurité et à la détection des attaques ;
  • mettre en œuvre des politiques strictes en matière d’accès aux données ;
  • sauvegarder régulièrement ses données et les stocker dans des environnements sécurisés ;
  • utiliser des techniques de chiffrement pour protéger les données sensibles.

En fait, une approche multicouche de la cybersécurité, combinée à la sensibilisation et à l’éducation des utilisateurs, est essentielle pour réduire les risques et atténuer l’impact d’éventuelles cyberattaques.

La compréhension des multiples facettes des attaques qui menacent la sécurité des systèmes informatiques est essentielle pour renforcer la cybersécurité. En adoptant des pratiques vigilantes, en sensibilisant les utilisateurs et en mettant en place des mesures de prévention solides, nous pouvons réduire les risques de voir survenir une cyber attaque.